Avenir des modèles de publication scientifique et de l’évaluation par les pairs

La Société Informatique de France (SIF) et la Société de Mathématiques Appliquées et Industrielles (SMAI) co-organisent une journée de présentation et d’échanges sur l’avenir des modèles de diffusion des publications scientifiques et de l’évaluation par les pairs. Les thèmes abordés couvriront l’évaluation par les pairs, les mesures bibliométriques, l’édition libre et les archives ouvertes.

8es journées du réseau Médici : vers l’édition scientifique 4.0 ?

À l’ère du tout numérique, et à l’image du web, l’édition vit une évolution majeure vers de nouveaux paradigmes qui la sous-tendent. L’édition scientifique est passée par plusieurs étapes : « enrichie » puis « structurée », elle utilise désormais les technologies du web sémantique et du web de données, et continuera d’évoluer suivant les technologies et leurs applications. Elle vit également un bouleversement par la remise en cause des modèles économiques classiques. Son avenir se situe désormais dans sa capacité à gérer les connexions intelligentes entre le réel et le virtuel, entre les objets éditoriaux divers dont les standards seront ouverts et universels.

L’utilisateur/trice de la littérature scientifique sera au cœur du système : en contribuant, lisant, commentant, évaluant… C’est la notion même d’auteur/trice qui devra être revisitée, révélant sa capacité à connecter usages, données, savoirs et connaissances pour donner un sens « éditorial » aux résultats scientifiques. Dans ce contexte, quels seront nos métiers, comment interviendront les professionnel·le·s, quelle place tiendrons-nous dans ce dispositif ? Quels seront les outils de demain ? Quels seront les usages ? Comment conserverons-nous toutes ces données, leurs liens, leur interopérabilité ?

Beaucoup de questions auxquelles les 8es journées du réseau Médici tenteront d’apporter de précieux éclairages.

EMS : oui au libre accès, non à l’auteur-payeur

Dans un récent communiqué, la société Européenne de Mathématiques rappelle sa position concernant le passage à l’Open Access, en soulignant que cela ne doit pas se faire à n’importe quel prix, et en particulier ne doit pas passer par le payement d’APC (frais de publication à la charge de l’auteur).

Le communiqué : http://euro-math-soc.eu/system/files/news/EMS-doc-OA-2018-07-09.pdf

Jean-Pierre Bourguignon (ERC) réagit au plan national pour la science ouverte | Sciences et avenir

Publications scientifiques comme données brutes, toutes les recherches financées sur les deniers publics devront dorénavant être diffusées en accès ouvert (open access). C’est ce que stipule le plan national pour la science ouverte, dévoilée par Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, le 4 juillet 2018. Que penser de cette décision ? Sera-t-elle applicable ? Réaction du Pr Jean-Pierre Bourguignon, mathématicien et Président du Conseil européen de la recherche (ERC), rencontré à l’occasion du congrès ESOF à Toulouse.

Source : Sciences et avenir – Jean-Pierre Bourguignon (ERC) réagit au plan national pour la science ouverte

Guide d’application de la loi pour une République numérique (article 30) Écrits scientifiques (version courte) | Bibliothèque Scientifique Numérique

Ce guide a été rédigé par des chercheurs, des juristes et des professionnels de l’Information scientifique et technique afin d’informer de manière simple les chercheurs des nouveaux droits que la loi pour une République numérique d’octobre 2016 leur a ouverts pour la diffusion de leurs écrits publiés dans des revues scientifiques. La présente version (courte) de ce guide sera complétée prochainement par une version plus détaillée explicitant notamment plus de cas spécifiques.

Consulter le guide
Source : BSN – Guide d’application de la loi pour une République numérique (article 30) Écrits scientifiques (version courte)

Accès ouvert, publications mathématiques : que puis-je faire concrètement pour changer les choses ?

Le présent article est issu d’un travail collectif réalisé lors de l’Action Nationale de Formation 2017 du Réseau National des Bibliothèques de Mathématiques destiné à proposer des pistes d’action réalistes et concrètes en faveur de l’accès ouvert.

Un dépliant reprenant les principaux points développés dans cet article a été conçu comme support de communication et de diffusion (aperçu en images ci-dessous). Une version pdf du document peut-être téléchargée ici.

Lire la suite

Vers l’édition scientifique 4.0 ?

À l’ère du tout numérique, et à l’image du web, l’édition vit une évolution majeure vers de nouveaux paradigmes qui la sous-tendent. L’édition scientifique est passée par plusieurs étapes : « enrichie » puis « structurée », elle utilise désormais les technologies du web sémantique et du web de données, et continuera d’évoluer suivant les technologies et leurs applications. Elle vit également un bouleversement par la remise en cause des modèles économiques classiques. Son avenir se situe désormais dans sa capacité à gérer les connexions intelligentes entre le réel et le virtuel, entre les objets éditoriaux divers dont les standards seront ouverts et universels.

L’utilisateur/trice de la littérature scientifique sera au cœur du système : en contribuant, lisant, commentant, évaluant… C’est la notion même d’auteur/trice qui devra être revisitée, révélant sa capacité à connecter usages, données, savoirs et connaissances pour donner un sens « éditorial » aux résultats scientifiques. Dans ce contexte, quels seront nos métiers, comment interviendront les professionnel·le·s, quelle place tiendrons-nous dans ce dispositif ? Quels seront les outils de demain ? Quels seront les usages ? Comment conserverons-nous toutes ces données, leurs liens, leur interopérabilité ?

Beaucoup de questions auxquelles les 8es journées du réseau Médici tenteront d’apporter de précieux éclairages.

La collection de tutoriels HAL s’enrichit

La collection de tutoriels video co-réalisés par l’Inist-CNRS et le CCSD s’enrichit.
Parmi les nouveautés :

Comment qualifier mon fichier : fichier auteur ou fichier éditeur ?
Où stocker des fichiers volumineux
Comment appliquer une durée d’embargo

De format court (2 minutes) ces tutoriels sont très pratiques pour guider vos dépôts d’articles scientifiques dans l’archive ouverte HAL.

Retrouvez l’ensemble des tutoriels disponibles concernant le fichier, les métadonnées du document, et les questions pratiques sur le site HAL Documentation.

Le peer review à l’ère de l’open science : enjeux et évolutions

Les formes traditionnelles du peer review font régulièrement l’objet de critiques de la part des chercheurs eux-mêmes : le processus est jugé lent, coûteux et opaque. L’abondante littérature sur le sujet souligne également d’autres écueils du peer review  (Souder 2011) : les biais en faveur d’auteurs issus de prestigieuses institutions ; un traitement inéquitable selon le niveau de maîtrise d’anglais des auteurs ; le risque de privilégier les résultats au détriment de la méthode, l’application de procédures inadaptées à l’évaluation de manuscrits à fort caractère interdisciplinaire ; et plus généralement, un tropisme pour ce que L. Souder nomme « scientific conservatism » (Souder 2011:55).

Par ailleurs, alors que le nombre d’articles augmente de manière exponentielle, les revues sont confrontées à la difficulté de trouver des rapporteurs. M. Kovanis et ses co-auteurs (Kovanis et al. 2016) alertent sur les atteintes à la qualité du processus engendrées par la sur-sollicitation d’un nombre restreint de rapporteurs. De plus, la pénurie de rapporteurs est aggravée par le fait que l’évaluation ne porte plus seulement sur des manuscrits mais s’étend désormais également à des jeux de données, du code informatique par exemple. Ainsi que le soulignent B. Lawrence et ses co-auteurs (Lawrence et al. 2011:11), le peer review de données sources nécessite de recourir non seulement aux compétences de spécialistes de la discipline, mais aussi de s’appuyer sur des experts techniques.

Autre paradoxe du peer review : alors que la publication d’articles dans des revues considérées comme prestigieuses reste déterminante dans l’attribution de financements et de promotions, l’activité de reviewing s’avère peu ou mal valorisée.

Selon J.P. Tennant et ses co-auteurs (Tennant et al. 2017), grâce aux possibilités offertes par l’édition numérique, nous assistons à une période d’expérimentation et d’innovation dans le domaine du peer review. Or si des outils répondent aux besoins de traçabilité et d’interopérabilité, il s’agit moins d’une évolution technique que culturelle.

Dans quelle mesure le paradigme de l’open science peut-il apporter des réponses à la crise du peer review ? Par ailleurs, de quoi l’open peer review est-il le nom ?

Quels sont les impacts sur le peer review de la logique de décloisonnement inhérente à l’open science?

De quelle manière les institutions de recherche peuvent-elles jouer un rôle plus actif dans un écosystème de la publication dominé par les éditeurs ? La publicisation des évaluations renforce-t-elle ou fragilise-t-elle les reviewers?

Page 1 sur 512345