zbMATH Open : la première ressource pour les mathématiques

English version

Essayez dès maintenant : zbmath.org

Ce court document s’adresse aux mathématiciennes et mathématiciens, doctorantes et doctorants, et émérites. Il a été écrit en mars 2021.

Il a pour but de fournir des informations et d’aider à la prise de décision.

Afin d’accentuer son impact, nous encourageons vivement les institutions à traduire ce document, sous licence CC-BY-NC-SA, dans leur propre langue.

Qu’est-ce que zbMATH Open exactement ?

zbMATH Open (anciennement Zentralblatt für Mathematik) est la version en ligne de la plus ancienne base de données bibliographiques au monde spécialisée en mathématiques.

  • zbMATH Open permet d’obtenir des recensions sur les articles et les livres
  • zbMATH Open vous permet d’avoir des entrées bibtex, des liens DOI, arXiv, EuDML, Numdam et d’autres référentiels numériques
  • zbMATH Open vous permet d’identifier sans équivoque les mathématiciens et de parcourir leur profil d’auteur
  • zbMATH Open permet d’identifier les revues et de parcourir les informations sur la revue
  • zbMATH Open vous permet de trouver et d’identifier des articles et des livres de recherche, de naviguer dans leurs références, etc.

zbMATH Open est l’homologue européen de MathSciNet, et est désormais en libre accès ce qui n’est pas le cas pour MathSciNet.

zbMATH Open est produit par le bureau de Berlin de FIZ Karlsruhe – Leibniz Institute for Information Infrastructure GmbH (FIZ Karlsruhe).

Les éditeurs de zbMATH Open sont la Société mathématique européenne (European Mathematical Society), FIZ Karlsruhe et l’Académie des sciences humaines et sociales de Heidelberg (Heidelberger Akademie der Wissenschaften).

Vous pouvez consulter les questions frequently asked questions on zbMATH Open.

Comment zbMATH Open se compare-t-il par rapport MathSciNet ?

Au moment de la rédaction de ce texte, zbMATH Open et MathSciNet sont assez proches dans l’esprit et dans les fonctionnalités.

L’une des différences actuelles en faveur de zbMATH Open est le fait qu’il est en libre accès alors que l’accès à MathSciNet est coûteux en général. zbMATH Open fournit, pour chaque article en version électronique, non seulement un lien vers son DOI, mais aussi, s’il existe, un lien vers arXiv, Euclid, Numdam, EuDML, DigiZeitschiften, etc. Ce qui n’est pas fourni par MathSciNet.

L’une des différences actuelles en faveur de MathSciNet est la grande quantité de recensions actuelles d’articles et de livres, essentiellement en raison du grand nombre de rapporteurs dont ils disposent.

L’accès gratuit à zbMATH Open est soutenu par les institutions européennes plutôt que par des abonnements.

zbMATH Open est disposé à rendre sa base de données entièrement ouverte sous les termes d’une licence en libre accès. C’est plus qu’un simple accès gratuit à un service.

zbMATH Open dispose d’outils puissants qui permettent à l’utilisateur d’effectuer des requêtes complexes et précises : opérateurs, champs et filtres qui peuvent être combinés à volonté. Par exemple, dans zbMATH Open, vous pouvez rechercher tous les articles dans lesquels un auteur donné est cité, puis affiner votre recherche en utilisant tous ces outils.

La base de données zbMATH Open est plus ancienne que celle de MathSciNet et a actuellement une meilleure couverture pour la période antérieure à 1939 (commence en 1868).

Voici quelques idées fausses sur zbMATH Open :

  • zbMATH Open a une qualité inférieure comparée à celle de MathSciNet

    Incorrect. Certaines personnes peuvent trouver que les recensions d’articles et de livres proposées par MathSciNet sont meilleures que celles proposées par zbMATH Open. Il est vrai que MathSciNet a plus de rapporteurs que zbMATH Open, néanmoins le nombre de rapporteurs de zbMATH Open augmente depuis qu’elle est devenue en accès libre. Une grande partie des chercheurs ne sont pas intéressés par ces recensions d’articles et ils utilisent MathSciNet ou zbMATH essentiellement pour explorer les liens de citation entre les articles et pour avoir des entrées BibTeX fiables et d’autres métadonnées. MathSciNet, au moins pour certaines périodes, a fourni plus d’efforts et de ressources humaines dans le traitement des données, alors que zbMATH a utilisé plus de traitements algorithmiques de données pour une part plus importante de publications en série. Nous pouvons peut-être dire que MathSciNet a été plus innovant dans le passé concernant les services en ligne, mais zbMATH Open s’est considérablement amélioré. Certaines fonctionnalités ne sont actuellement présentes que dans zbMATH Open : le service d’information du logiciel mathématique swMATH, qui alimente une collection systématique de références à des publications mathématiques pertinentes pour les logiciels. Dans zbMATH Open, nous avons une interconnexion avec d’autres services en libre accès tels que MathOverflow; grâce au fait que zbMATH Open est désormais une base de données en libre accès, les profils des auteurs ont plus de liens externes et plus de services en libre accès seront incorporés dans ce réseau complexe de services. Il existe également la fonctionnalité de « recherche de formule » qui permet à l’utilisateur de retrouver une formule spécifique dans un article.

  • zbMATH  Open ne fournit pas de profils d’auteur qui sont utiles pour l’évaluation de la recherche

    Incorrect, les profils d’auteur dans zbMATH Open sont très complets. L’équipe de zbMATH a investi beaucoup de temps et de ressources pour obtenir des profils d’auteurs précis et complets. Il faut noter que grâce au financement public de zbMATH Open, cela ne nécessite pas le stockage des données utilisateurs, ce qui est généralement le cas des services basés sur des abonnements.

  • zbMATH Open ne fournit pas de liens DOI

    Incorrect dans la version actuelle. En outre, comme déjà mentionné, zbMATH Open fournit des liens vers d’autres bibliothèques numériques (arXiv, Numdam, EuDML, …).

  • zbMATH Open ne fournit pas assez de références cliquables

    Incorrect. Bien qu’il soit vrai que MathSciNet ait eu historiquement plus de références dans ses entrées, le nombre de références (cliquables) dans zbMATH Open a augmenté de façon significative. Actuellement, avec https://zbmath.org/about/#id_4 et https://mathscinet.ams.org/mathscinet/help/byTheNumbers.html, zbMATH Open a plus de 20 millions de citations correspondantes (comparé à plus de 17 millions dans MathSciNet).

  • zbMATH Open est moins utilisé que MathSciNet

    Dans les dix dernières années, le nombre de requêtes dans zbMATH a plus que décuplé : le nombre actuel est d’environ 25 millions de requêtes par an.

  • zbMATH Open ne propose pas les citations d’un article donné

    Incorrect. Dans zbMATH Open, les citations d’un article sont disponibles en un clic dans la notice de l’article via un lien spécifique.

  • zbMATH Open est juste une imitation de MathSciNet

    Incorrect, Zentralblatt für Mathematik und ihre Grenzgebiete a été fondé en 1931 par Otto Neugebauer, parmi d’autres mathématiciens. MathSciNet est la version en ligne des Mathematical Reviews, qui a également été fondée par Otto Neugebauer aux États-Unis à la fin des années 1930 pour protester contre le comportement antisémite de la gestion de l’ancêtre de zbMATH Open à cette époque dans l’Allemagne nazie, voir l’article sur Wikipédia et ses références. zbMATH Open a incorporé le Jahrbuch qui avait commencé en 1868.

  • zbMATH Open est aussi cher que MathSciNet

    Incorrect, zbMATH Open est maintenant gratuit dans le monde entier alors que les frais d’abonnement à MathSciNet augmentent chaque année.

  • zbMATH Open et MathSciNet sont redondants et c’est dommage

    Généralement incorrect, zbMATH Open incite MathSciNet à s’améliorer, et l’inverse est vrai. De plus, les recensions d’articles et de livres, quand elles sont disponibles, ne sont pas écrites par la même personne en général, et il est bien d’avoir plusieurs points de vue.

 

Le modèle économique de zbMATH Open est dorénavant différent de celui de MathSciNet:

  • zbMATH Open est financé par les institutions publiques européennes et son accès est libre partout dans le monde.

  • MathSciNet est une entité commerciale gérée par l’American Mathematical Society qui utilise ces revenus pour développer ses propres projets en lien avec les mathématiques et notamment des subventions de recherche. Dans un sens, l’AMS récupère de l’argent au niveau mondial et décide de la manière de dépenser ces fonds. MathSciNet distribue des points AMS aux rapporteurs qui peuvent les utiliser par exemple pour acheter des livres publiés par l’AMS. Les rapporteurs de zbMATH Open obtiennent aussi des réductions sur les acquisitions de livres publiés par EMS Press. Actuellement, les recensions de zbMATH Open sont en accès libre alors que celles de MathSciNet sont uniquement accessibles aux abonnés.

  • Avant 2021, zbMATH n’était pas une plateforme en accès libre, son modèle économique était similaire à celui de MathSciNet. Springer Verlag était un partenaire commercial de longue date de zbMATH. Ainsi, beaucoup pensaient qu’il s’agissait d’un produit commercial édité par Springer. C’est peut-être la raison pour laquelle un certain nombre d’institutions étaient plus disposées à souscrire auprès de l’AMS plutôt qu’auprès de Springer.

 

Quelle différence entre zbMATH Open et des plateformes telles que Google Scholar, Semantic Scholar, Microsoft Academic, ou arXiv?

Dans le cas de services automatisés tels que Google Scholar, Semantic Scholar et Microsoft Academic, il n’y a pas de développement conséquent ni d’évaluations indépendantes par des pairs. Un autre écueil important de ces plateformes automatisées est que les profils peuvent être facilement manipulés. Google Scholar (1) est une plateforme automatisée, contrairement à zbMATH Open (2) administré par des professionnels de la discipline. Précisément, Google Scholar (1) rencontre des difficultés dans la fusion ou la différenciation des auteurs et des publications. zbMATH Open (2) a pour objectif de fournir des identifiants auteurs et publications uniques, ce qui est utile pour le profilage. Néanmoins, l’utilisation de Google Scholar (1) est complémentaire de zbMATH Open (2) en ce qui concerne les publications et le profilage des auteurs. Les profils auteurs de Google Scholar (1) sont gérés par les auteurs eux-mêmes, contrairement à ceux de zbMATH Open (2). Google Scholar (1) propose également des champs BibTeX mais leur qualité et leur précision est moindre que ceux de zbMATH Open (2) .

Dans un sens, Microsoft Academic est la version Microsoft de Google Scholar.

Semantic Scholar est la version Allen Institute de Google Scholar. Il propose une évaluation de l’impact sous forme de graphe.

HAL (France) et ArVix ne sont pas dans la même catégorie à l’heure actuelle, ils proposent essentiellement des bases de données de preprint avec des champs BibTeX, de l’exploration de références, et sont limités en termes de profils auteurs et de métadonnées de publication.

 

Ai-je vraiment besoin de zbMATH Open pour mon activité de recherche en mathématiques ?
Si vous êtes doctorant, vous devriez tester et explorer zbMATH Open, au moins pour comprendre comment la plateforme fonctionne et ce qu’elle fournit.

Si vous êtes un jeune mathématicien, il est probable que vous ne ressentiez pas le besoin d’effectuer vos recherches sur une base de données comme zbMATH Open ou MathSciNet et que vous utilisiez Google Scholar pour l’exploration de bibliographies et pour obtenir des références BibTeX. Néanmoins, vous pourriez essayer zbMATH Open par curiosité, vous y trouverez gratuitement une meilleure qualité de données que sur Google Scholar ainsi que des informations complémentaires.

Google met à disposition Google Scholar gratuitement pour encourager les utilisateurs à créer un profil Google et à entrer dans le consumérisme de Google, les utilisateurs payent alors à minima avec leurs (méta)données.

 

Si vous êtes un mathématicien expérimenté, il est probable que vous ayez déjà vos habitudes, et que vous ayez également à évaluer des recherches et des collègues. zbMATH Open peut vous aider à obtenir des notices bibliographiques, des références BibTeX et des profils d’auteur, tout en étant en accès gratuit.

Donc, si vous ne savez pas ce qu’est zbMATH Open ou si vous l’avez testé il y a des années, cela vaut la peine de l’explorer (à nouveau) !

 

Est-il judicieux de demander à mon département / ma bibliothèque / mon université d’arrêter son abonnement MathSciNet ?

 

Cela dépend de la pression budgétaire : si une institution a les ressources pour payer l’abonnement, alors c’est bien qu’elle s’abonne à MathSciNet et qu’elle laisse les utilisateurs l’explorer et le comparer avec zbMATH Open, car ils ont des avantages distincts. Cette concurrence conduira à des services de meilleure qualité. Si le budget est serré, zbMATH Open est une alternative très solide dans tous les cas, surtout lorsqu’elle est comparée à d’autres services automatisés comme Google Scholar, etc.

Le coût de MathSciNet pour un département dépend de plusieurs paramètres (près de 10K€/an) et doit être comparé aux coûts d’abonnement à des revues par exemple.

zbMATH Open est en accès libre et a une couverture unique de la période 1868-1939. MathSciNet a été moins automatisé et contient des recensions de haute qualité pour certaines périodes.

En aidant vos collègues / votre département à passer même temporairement à zbMATH Open, vous pouvez contribuer à inciter l’AMS à remettre en question son modèle.

Certains départements de mathématiques ont déjà décidé d’arrêter leur abonnement à MathSciNet, comme celui de l’Université Grenoble Alpes en France.

 

À propos de ce document

Ce court document a été mis en place par le RNBM, et a bénéficié des retours de plusieurs collègues et collaborateurs dont des personnes de la Cellule Mathdoc.

Nous encourageons activement les institutions à traduire ce document dans leur propre langue.

 

La traduction de ce document a été assurée par des membres du RNBM.

 

Ce travail est sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Nouveau service Click & Read

L’Inist-Cnrs a lancé son nouveau service Click & Read pour les communautés de recherche du CNRS : une extension unifiée pour faciliter l’accès aux publications scientifiques. Celle-ci privilégie les liens vers les versions en accès libre (Unpaywall dont ArXiv et HAL) lorsqu’elles existent.

L’extension s’installe en deux clics dans les navigateurs habituels Firefox, Chrome et Safari : https://clickandread.inist.fr/

Découvrir l’extension en vidéo

Voici les prochaines dates des webinaires  :

  • Mardi 22 juin de 15h00 à 16h00
  • Mardi 29 juin de 14h00 à 15h00

Aucune inscription n’est nécessaire, connectez-vous à cette adresse : https://vsbbb-form.inist.fr/b/lau-ru1-6bz

Pour connaître les modalités et le programme, cliquez ici.

zbMATH Open : the first resource for mathematics

Version française

Give it a try now: zbmath.org

This short document targets mathematicians, from doctoral students to emeritus scholars. It was written on March 2021.

It aims to provide information as well as to help decision making.

In order to increase the impact of this page, we are actively encouraging institutions to translate this document, under licence CC-BY-NC-SA, in their own language.

zbMATH Open (formerly Zentralblatt für Mathematik) is the online version of the oldest bibliographic database in the world specialized in mathematics.

  • zbMATH Open allows to obtain reviews on articles and books
  • zbMATH Open allows you to get bibtex entries, DOI links, arXiv links, EuDML links, Numdam links and other digital repositories
  • zbMATH Open allows you to identify and disambiguate mathematicians and to browse their author profile
  • zbMATH Open allows to identity journals and to browse their serial profile
  • zbMATH Open allows you to find and identify research articles and books, navigate in their references, etc.

zbMATH Open is the European counterpart of MathSciNet, and is now open access in contrast to MathSciNet.

zbMATH Open is produced by the Berlin office of FIZ Karlsruhe – Leibniz Institute for Information Infrastructure GmbH (FIZ Karlsruhe).

The Editors of zbMATH Open are the European Mathematical Society (EMS), FIZ Karlsruhe, and the Heidelberg Academy of Sciences and Humanities.

You may take a look at the comprehensive frequently asked questions on zbMATH Open.

At the time of writing this text, zbMATH Open and MathSciNet are quite close in spirit and in features.

One of the current differences in favor of zbMATH Open is the fact that it is open access while the access to MathSciNet is in general expensive. zbMATH Open provides, for each paper in electronic version, not only a link to its DOI, but also, if it exists, a link to arXiv, Euclid, Numdam, EuDML, DigiZeitschiften, etc. This is not provided by MathSciNet.

One of the current differences in favor of MathSciNet is the large quantity of current reviews of articles and books, essentially due to the big number of reviewers they have.

The free access to zbMATH Open is supported by European institutions rather than by subscriptions.

zbMATH Open is willing to make its database entirely open under the terms of an open access license. This is more than just a free access to a service.

zbMATH Open has powerful tools that enable the user to make complex and precise queries: operators, fields and filters that can be combined at will. E.g., in zbMATH Open you can look for all papers where a given author is cited and then refine your search using all these tools.

The zbMATH Open database is older than the one of MathSciNet and has presently a better coverage of the period before 1939 (it starts from 1868).

Here are some common misconceptions about zbMATH Open:

  • zbMATH Open has lower quality compared to MathSciNet

    Incorrect. Some people may find that the articles and books reviews proposed by MathSciNet are better than the ones proposed by zbMATH Open. It is true that MathSciNet has more reviewers that zbMATH Open, nonetheless the number of reviewers of zbMATH Open is currently increasing after it became open access. A large part of researchers are not interested in these reviews and they use MathSciNet or zbMATH essentially to explore the citation links between articles and to get reliable bibtex entries and other metadata. MathSciNet, at least for certain periods of times, has put more efforts and human resources for data processing, while zbMATH has used more algorithmic data processing for a larger collection of serials. Maybe it can be said that MathSciNet was more innovative in the past regarding online services, but zbMATH Open has improved greatly. There are features that at the moment are only present in zbMATH Open: the information service for mathematical software swMATH, which provides a systematic collection of references to software-relevant mathematical publications. In zbMATH Open we have an interlinking with some other open access services such as MathOverflow; thanks to the fact that now zbMATH Open is an open access database, the author profiles have more external links and more open access services will be incorporated in this complex network of services. There is also the feature formula search allowing the user to find whether a specific formula is found in a paper.

  • zbMATH Open does not provide author profiles that are helpful for evaluation of research

    Incorrect, the author profiles in zbMATH Open are very complete. zbMATH’s staff has invested a lot of time and resources to obtain accurate and complete author profiles. It should be remarked that thanks the state funding of zbMATH Open it does not require the storing of extensive user data, which is usually the case of subscription-based services

  • zbMATH Open does not provide DOI links

    Incorrect in the present version. Besides, as already mentioned, zbMATH Open provides links for other digital libraries.

  • zbMATH Open does not provide enough and clickable references

    Incorrect.While it is true that MathSciNet historically had more references in their entries, the number of (clickable) references in zbMATH Open has increased significantly. Currently, by https://zbmath.org/about/#id_4 and https://mathscinet.ams.org/mathscinet/help/byTheNumbers.html, zbMATH Open has more than 20 million matched citations (compared to more than 17 million in MathSciNet) .

  • zbMATH Open is less used than MathSciNet

    In the last ten years the number of queries in zbMATH has increased more than tenfold: the current number is around 25 million queries per year.

  • zbMATH Open does not offer the citations of a given paper

    Incorrect. In zbMATH Open, the citations of a given paper are available by a single click in the paper record via a specific link.

  • zbMATH Open is just an imitation of MathSciNet

    Incorrect, Zentralblatt für Mathematik und ihre Grenzgebiete was founded in 1931 by Otto Neugebauer, among other mathematicians. MathSciNet is the online version of the Mathematical Reviews, which was founded also by Otto Neugebauer in the USA in the late 1930s to protest against the anti-semite behavior regarding the management of the ancestor of zbMATH Open at that time in the Nazi Germany, see the article on Wikipedia and references therein. zbMATH Open has incorporated the Jahrbuch which started in 1868.

  • zbMATH Open is as expensive as MathSciNet

    Incorrect, zbMATH Open is now free worldwide while MathSciNet’s subscriptions fees increase year after year.

  • zbMATH Open and MathSciNet are redundant and this is a pity

    Mostly incorrect, zbMATH Open influences MathSciNet to improve itself, and the converse is true. Moreover, the article and book reviews, when available, are not written by the same person in general, and it is good to have multiple points of view.

The economical models of zbMATH Open and MathSciNet are presently distinct:

  • zbMATH Open is funded by European public institutions and its access is free worldwide.
  • MathSciNet is a commercial product run by the American Mathematical Society who uses the fees to run its own other projects related to mathematics including research grants. In a sense the AMS collects a payment worldwide and decides how it spends the funds. MathSciNet provides AMS points to the contributing reviewers, usable to buy AMS books for instance. The reviewers in zbMATH Open at the present time have privileges for buying books from EMS Press. Nowadays, the reviews written for zbMATH Open are open access, while the ones written for MathSciNet are accessible only to subscribers.
  • Before 2021, zbMATH was not open access, it ran using a similar business scheme as MathSciNet. Springer Verlag was a long commercial partner for distributing zbMATH and therefore many people thought it was a commercial product of Springer. Maybe this was the reason why some institutions were more inclined to give their money to the AMS rather than to Springer.

In the case of all automated services like Google Scholar, Semantic Scholar and Microsoft Academic there is neither a consistent development nor independent reviews by experts. Also, another big problem is that in these automated services the profiles could easily be rigged. Google Scholar (1) is an automated product, in contrast with zbMATH Open (2) which is maintained by professional curators. In particular, Google Scholar (1) has problems in merging or making distinct authors and documents. zbMATH Open (2) aims to provide unique authors and document identifiers, which is useful for profiling. Nevertheless, using Google Scholar (1) is a good complement to zbMATH Open (2) for articles and authors profiling. The author profiles on Google Scholar (1) are maintained by the authors themselves, in contrast with the ones on zbMATH Open (2). Google Scholar (1) also provides bibtex entries, but their quality and accuracy is lower than on zbMATH Open (2).

(1) as well as Semantic Scholar and Microsoft Academic. (2) as well as MathSciNet.

Microsoft Academic is the Microsoft version of Google Scholar in a sense.
Semantic Scholar is the Allen Institute version of Google Scholar. It features graphical influence analysis.
ArXiv and the French HAL are something else for the moment, essentially preprint databases, with preprint bibtex entries, references exploration, limited author profiles and publication metadata.

If you are a PhD student, you should test and explore zbMATH Open, at least to understand how it works and what it provides.

If you are a young mathematician, it is likely that you do not feel the need for a database like zbMATH Open or MathSciNet and you probably use Google Scholar for the exploration of bibliographies and to get bibtex entries. Nevertheless, you could try zbMATH Open out of curiosity, you will find for free a better quality than on Google Scholar and you will find complementary information. Google is making Google Scholar free in order to encourage users to create a Google profile and to enter the Google consumerism and at minimum you will pay with your (meta)data.

If you are an experienced mathematician, it is likely that you already have your habits, and that you also have to evaluate research and colleagues. zbMATH Open can help you getting bibliographic exploration, bibtex entries, and author profiles, while being free access.

So if you do not know what is zbMATH Open or if you have tested it years ago, it is worth to give it a try (again)!

It depends on the budget pressure, if an institution has the resources to pay the subscription, then it is fine that it subscribes to MathSciNet and let the users to explore it and compare it with zbMATH Open, since they have different strengths. This competition will lead to services of better quality. If the budget is tight, zbMATH Open is a very strong alternative in all cases, especially when it is compared with other automated services such as Google Scholar, etc.

The cost of MathSciNet for a department depends on several parameters (close to 10K€/year) and should be compared with subscription costs for journals for instance.

zbMATH Open is open access and has a unique coverage of the period 1868-1939. MathSciNet was less automated and has a high quality of reviews for certain period of time.

By helping your colleagues / department to shift even temporarily to zbMATH Open, you can contribute to encourage the AMS to question its model.

Some mathematics departments have already decided to stop their MathSciNet subscription, such as the one of Université Grenoble Alpes in France.

 

 

This short document was set up by the RNBM, and benefited from the feedback of several colleagues and collaborators including people from Cellule Mathdoc.

We are actively encouraging institutions to translate this document in their own language.


This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Pratiques informationnelles des mathématicien.ne.s et services rendus par les bibliothèques

La synthèse de l’étude sur les pratiques informationnelles des mathématicien.ne.s et sur les services rendus par les bibliothèques de mathématiques produite par le groupe de travail « Prospectives » du RNBM est disponible ci-dessous :

Synthèse

 

Retrouvez aussi le support de présentation des premiers résultats de cette étude présentés lors des journées du réseau au CIRM en novembre 2019 dans le lien ci-dessous :

Support de présentation

 

Pour plus d’informations sur le groupe de travail « Prospectives », rendez-vous sur la page de présentation du groupe

 

Rappel : consultation Couperin sur les pratiques documentaires des chercheurs

Dans la perspective du renouvellement des marchés d’outils bibliométriques et bibliographiques, Couperin lance une grande consultation auprès des chercheurs sur ses pratiques de recherche documentaire.

Quels sont les outils privilégiés pour accéder à du texte intégral d’article ou pour faire une veille, quels sont les principaux concurrents du Web of Science et de Scopus ?

Telles sont les quelques questions, parmi d’autres, auxquelles tentera de répondre ce sondage.

Le lien pour y accéder est le suivant : https://fr.surveymonkey.com/r/YXNFCK8

La date de clôture du sondage est fixée au 12 juin.

Liste d’outils collaboratifs

 

Planifier
Evento Planifier une réunion Evento est un service de Renater permettant créer un sondage : dates ou autres questions, et d’enregistrer la liste des invités.
L’authentification Renater est nécessaire.
Framadate Planifier une réunion,

Créer un sondage

Framadate est un service en ligne permettant de planifier un rendez-vous ou prendre des décisions rapidement et simplement. Aucune inscription préalable n’est nécessaire.
Framaform Planifier une réunion,
Créer un sondage
Framaforms permet de créer rapidement des questionnaires : il vous suffit de glisser-déposer les champs souhaités.
Un compte Framaform est nécessaire.
Indico Planifier une réunion
Organiser un colloque
Indico est un outil pour planifier et organiser des événements, de la simple réunion à des rencontres plus complexes : workshops, conférences avec sessions multiples thématiques et/ou parallèles.
Indico gère l’inscription en ligne des participants, les propositions d’intervention (soumission, acceptation), la mise en place de l’ordre du jour, les supports de présentation, jusqu’à l’élaboration d’un questionnaire de satisfaction en ligne.
Connexion avec les identifiants PLM
LimeSurvey Planifier une réunion,
Créer un sondage
Utile pour réaliser rapidement des enquêtes, sondages, formulaire d’évaluation, etc.
Pour utiliser le service, envoyez une demande avec l’intitulé de votre sondage, votre login Mathrice (PLM) et votre adresse de courrier électronique institutionnelle à .
Mindmeister Planification de projet,
Gestion de réunion,
Brainstorming,
Gestion des idées,
Gestion des connaissances,
Prise de notes
Décrire les plans et les transformer en réalité, visualiser l’agenda, prendre des notes.
Connexion via Google ou Facebook.
Stocker
Espace Core Stocker et partager des dossiers My CoRe permet de stocker en ligne les fichiers d’un agent, présents sur un ou plusieurs terminaux de travail. Synchronisation automatique.
Espace collaboratif : Faciliter la production, l’accès et le partage d’informations en toute sécurité : blog / forum / wiki / bibliothèques de média.
Authentification via la fédération d’identités CNRS Janus.Espace core des différents Groupes de travail du RNBM ?
PLMbox Stocker et partager des dossiers Pour partager des fichiers (en lecture et écriture), proposer des fichiers en téléchargement, recevoir des fichiers (quelles que soient leurs tailles).
Pour éditer des fichiers word, excel ou powerpoint depuis votre navigateur web en simultané (ou pas) avec des collaborateurs.
Connexion via les identifiants PLM.
Visioconférence
ODS My COM Visioconférence Nécessite Skype Pro et un compte CNRS actif.
Connexion via les identifiants PLM.
PLMWebconf Visioconférence Fonctionne dans un navigateur web.
Connexion via les identifiants PLM.
Renavisio Visioconférence Compatible salle de visioconférence, ordinateur individuel, smartphine, tablette et téléphone.
Connexion via les identifiants PLM.
Rendez-vous Visioconférence Fonctionne dans un navigateur web.
Connexion via les identifiants PLM.

Le « Portail Math » évolue !

Afin de simplifier l’accès aux services numériques, le site web Portail Math a subi quelques évolutions.

Pour rappel, « Portail Math » est un point d’entrée vers les ressources numériques utiles aux chercheurs en mathématiques : documentation scientifique, outils facilitant le travail nomade et collaboratif, informations institutionnelles et professionnelles.

Voir l’article sur le site de l’INSMI

 

Fiches pratiques sur le Règlement Général pour la Protection des Données

Fiches pratiques sur le Règlement Général pour la Protection des Données - CouvertureL’Université Paris 8 et l’Université Paris Nanterre proposent un ensemble de fiches pratiques sur l’application du Règlement Général pour la Protection des Données par les chercheurs. Téléchargeables au format PDF, ces fiches sont accessibles à tous sans connaissances juridiques préalables.

Lire la suite

Listes de diffusion autour de l’édition scientifique en mathématiques

Deux listes de diffusion relatives à l’édition scientifique viennent d’être créées à l’initiative des membres de l’Institut Elie Cartan de Lorraine pour échanger au sein de la communauté mathématique française.

Ces listes, à destination des chercheurs ou documentalistes travaillant dans des établissements de recherche en mathématiques, visent à mieux organiser la communauté mathématique française autour du sujet de l’édition scientifique :

Lire la suite

Guide d’application de la loi pour une République numérique (article 30) Écrits scientifiques (version courte) | Bibliothèque Scientifique Numérique

Ce guide a été rédigé par des chercheurs, des juristes et des professionnels de l’Information scientifique et technique afin d’informer de manière simple les chercheurs des nouveaux droits que la loi pour une République numérique d’octobre 2016 leur a ouverts pour la diffusion de leurs écrits publiés dans des revues scientifiques. La présente version (courte) de ce guide sera complétée prochainement par une version plus détaillée explicitant notamment plus de cas spécifiques.

Consulter le guide
Source : BSN – Guide d’application de la loi pour une République numérique (article 30) Écrits scientifiques (version courte)