zbMATH Open : la première ressource pour les mathématiques

English version

Essayez dès maintenant : zbmath.org

Ce court document s’adresse aux mathématiciennes et mathématiciens, doctorantes et doctorants, et émérites. Il a été écrit en mars 2021.

Il a pour but de fournir des informations et d’aider à la prise de décision.

Afin d’accentuer son impact, nous encourageons vivement les institutions à traduire ce document, sous licence CC-BY-NC-SA, dans leur propre langue.

Qu’est-ce que zbMATH Open exactement ?

zbMATH Open (anciennement Zentralblatt für Mathematik) est la version en ligne de la plus ancienne base de données bibliographiques au monde spécialisée en mathématiques.

  • zbMATH Open permet d’obtenir des recensions sur les articles et les livres
  • zbMATH Open vous permet d’avoir des entrées bibtex, des liens DOI, arXiv, EuDML, Numdam et d’autres référentiels numériques
  • zbMATH Open vous permet d’identifier sans équivoque les mathématiciens et de parcourir leur profil d’auteur
  • zbMATH Open permet d’identifier les revues et de parcourir les informations sur la revue
  • zbMATH Open vous permet de trouver et d’identifier des articles et des livres de recherche, de naviguer dans leurs références, etc.

zbMATH Open est l’homologue européen de MathSciNet, et est désormais en libre accès ce qui n’est pas le cas pour MathSciNet.

zbMATH Open est produit par le bureau de Berlin de FIZ Karlsruhe – Leibniz Institute for Information Infrastructure GmbH (FIZ Karlsruhe).

Les éditeurs de zbMATH Open sont la Société mathématique européenne (European Mathematical Society), FIZ Karlsruhe et l’Académie des sciences humaines et sociales de Heidelberg (Heidelberger Akademie der Wissenschaften).

Vous pouvez consulter les questions frequently asked questions on zbMATH Open.

Comment zbMATH Open se compare-t-il par rapport MathSciNet ?

Au moment de la rédaction de ce texte, zbMATH Open et MathSciNet sont assez proches dans l’esprit et dans les fonctionnalités.

L’une des différences actuelles en faveur de zbMATH Open est le fait qu’il est en libre accès alors que l’accès à MathSciNet est coûteux en général. zbMATH Open fournit, pour chaque article en version électronique, non seulement un lien vers son DOI, mais aussi, s’il existe, un lien vers arXiv, Euclid, Numdam, EuDML, DigiZeitschiften, etc. Ce qui n’est pas fourni par MathSciNet.

L’une des différences actuelles en faveur de MathSciNet est la grande quantité de recensions actuelles d’articles et de livres, essentiellement en raison du grand nombre de rapporteurs dont ils disposent.

L’accès gratuit à zbMATH Open est soutenu par les institutions européennes plutôt que par des abonnements.

zbMATH Open est disposé à rendre sa base de données entièrement ouverte sous les termes d’une licence en libre accès. C’est plus qu’un simple accès gratuit à un service.

zbMATH Open dispose d’outils puissants qui permettent à l’utilisateur d’effectuer des requêtes complexes et précises : opérateurs, champs et filtres qui peuvent être combinés à volonté. Par exemple, dans zbMATH Open, vous pouvez rechercher tous les articles dans lesquels un auteur donné est cité, puis affiner votre recherche en utilisant tous ces outils.

La base de données zbMATH Open est plus ancienne que celle de MathSciNet et a actuellement une meilleure couverture pour la période antérieure à 1939 (commence en 1868).

Voici quelques idées fausses sur zbMATH Open :

  • zbMATH Open a une qualité inférieure comparée à celle de MathSciNet

    Incorrect. Certaines personnes peuvent trouver que les recensions d’articles et de livres proposées par MathSciNet sont meilleures que celles proposées par zbMATH Open. Il est vrai que MathSciNet a plus de rapporteurs que zbMATH Open, néanmoins le nombre de rapporteurs de zbMATH Open augmente depuis qu’elle est devenue en accès libre. Une grande partie des chercheurs ne sont pas intéressés par ces recensions d’articles et ils utilisent MathSciNet ou zbMATH essentiellement pour explorer les liens de citation entre les articles et pour avoir des entrées BibTeX fiables et d’autres métadonnées. MathSciNet, au moins pour certaines périodes, a fourni plus d’efforts et de ressources humaines dans le traitement des données, alors que zbMATH a utilisé plus de traitements algorithmiques de données pour une part plus importante de publications en série. Nous pouvons peut-être dire que MathSciNet a été plus innovant dans le passé concernant les services en ligne, mais zbMATH Open s’est considérablement amélioré. Certaines fonctionnalités ne sont actuellement présentes que dans zbMATH Open : le service d’information du logiciel mathématique swMATH, qui alimente une collection systématique de références à des publications mathématiques pertinentes pour les logiciels. Dans zbMATH Open, nous avons une interconnexion avec d’autres services en libre accès tels que MathOverflow; grâce au fait que zbMATH Open est désormais une base de données en libre accès, les profils des auteurs ont plus de liens externes et plus de services en libre accès seront incorporés dans ce réseau complexe de services. Il existe également la fonctionnalité de « recherche de formule » qui permet à l’utilisateur de retrouver une formule spécifique dans un article.

  • zbMATH  Open ne fournit pas de profils d’auteur qui sont utiles pour l’évaluation de la recherche

    Incorrect, les profils d’auteur dans zbMATH Open sont très complets. L’équipe de zbMATH a investi beaucoup de temps et de ressources pour obtenir des profils d’auteurs précis et complets. Il faut noter que grâce au financement public de zbMATH Open, cela ne nécessite pas le stockage des données utilisateurs, ce qui est généralement le cas des services basés sur des abonnements.

  • zbMATH Open ne fournit pas de liens DOI

    Incorrect dans la version actuelle. En outre, comme déjà mentionné, zbMATH Open fournit des liens vers d’autres bibliothèques numériques (arXiv, Numdam, EuDML, …).

  • zbMATH Open ne fournit pas assez de références cliquables

    Incorrect. Bien qu’il soit vrai que MathSciNet ait eu historiquement plus de références dans ses entrées, le nombre de références (cliquables) dans zbMATH Open a augmenté de façon significative. Actuellement, avec https://zbmath.org/about/#id_4 et https://mathscinet.ams.org/mathscinet/help/byTheNumbers.html, zbMATH Open a plus de 20 millions de citations correspondantes (comparé à plus de 17 millions dans MathSciNet).

  • zbMATH Open est moins utilisé que MathSciNet

    Dans les dix dernières années, le nombre de requêtes dans zbMATH a plus que décuplé : le nombre actuel est d’environ 25 millions de requêtes par an.

  • zbMATH Open ne propose pas les citations d’un article donné

    Incorrect. Dans zbMATH Open, les citations d’un article sont disponibles en un clic dans la notice de l’article via un lien spécifique.

  • zbMATH Open est juste une imitation de MathSciNet

    Incorrect, Zentralblatt für Mathematik und ihre Grenzgebiete a été fondé en 1931 par Otto Neugebauer, parmi d’autres mathématiciens. MathSciNet est la version en ligne des Mathematical Reviews, qui a également été fondée par Otto Neugebauer aux États-Unis à la fin des années 1930 pour protester contre le comportement antisémite de la gestion de l’ancêtre de zbMATH Open à cette époque dans l’Allemagne nazie, voir l’article sur Wikipédia et ses références. zbMATH Open a incorporé le Jahrbuch qui avait commencé en 1868.

  • zbMATH Open est aussi cher que MathSciNet

    Incorrect, zbMATH Open est maintenant gratuit dans le monde entier alors que les frais d’abonnement à MathSciNet augmentent chaque année.

  • zbMATH Open et MathSciNet sont redondants et c’est dommage

    Généralement incorrect, zbMATH Open incite MathSciNet à s’améliorer, et l’inverse est vrai. De plus, les recensions d’articles et de livres, quand elles sont disponibles, ne sont pas écrites par la même personne en général, et il est bien d’avoir plusieurs points de vue.

 

Le modèle économique de zbMATH Open est dorénavant différent de celui de MathSciNet:

  • zbMATH Open est financé par les institutions publiques européennes et son accès est libre partout dans le monde.

  • MathSciNet est une entité commerciale gérée par l’American Mathematical Society qui utilise ces revenus pour développer ses propres projets en lien avec les mathématiques et notamment des subventions de recherche. Dans un sens, l’AMS récupère de l’argent au niveau mondial et décide de la manière de dépenser ces fonds. MathSciNet distribue des points AMS aux rapporteurs qui peuvent les utiliser par exemple pour acheter des livres publiés par l’AMS. Les rapporteurs de zbMATH Open obtiennent aussi des réductions sur les acquisitions de livres publiés par EMS Press. Actuellement, les recensions de zbMATH Open sont en accès libre alors que celles de MathSciNet sont uniquement accessibles aux abonnés.

  • Avant 2021, zbMATH n’était pas une plateforme en accès libre, son modèle économique était similaire à celui de MathSciNet. Springer Verlag était un partenaire commercial de longue date de zbMATH. Ainsi, beaucoup pensaient qu’il s’agissait d’un produit commercial édité par Springer. C’est peut-être la raison pour laquelle un certain nombre d’institutions étaient plus disposées à souscrire auprès de l’AMS plutôt qu’auprès de Springer.

 

Quelle différence entre zbMATH Open et des plateformes telles que Google Scholar, Semantic Scholar, Microsoft Academic, ou arXiv?

Dans le cas de services automatisés tels que Google Scholar, Semantic Scholar et Microsoft Academic, il n’y a pas de développement conséquent ni d’évaluations indépendantes par des pairs. Un autre écueil important de ces plateformes automatisées est que les profils peuvent être facilement manipulés. Google Scholar (1) est une plateforme automatisée, contrairement à zbMATH Open (2) administré par des professionnels de la discipline. Précisément, Google Scholar (1) rencontre des difficultés dans la fusion ou la différenciation des auteurs et des publications. zbMATH Open (2) a pour objectif de fournir des identifiants auteurs et publications uniques, ce qui est utile pour le profilage. Néanmoins, l’utilisation de Google Scholar (1) est complémentaire de zbMATH Open (2) en ce qui concerne les publications et le profilage des auteurs. Les profils auteurs de Google Scholar (1) sont gérés par les auteurs eux-mêmes, contrairement à ceux de zbMATH Open (2). Google Scholar (1) propose également des champs BibTeX mais leur qualité et leur précision est moindre que ceux de zbMATH Open (2) .

Dans un sens, Microsoft Academic est la version Microsoft de Google Scholar.

Semantic Scholar est la version Allen Institute de Google Scholar. Il propose une évaluation de l’impact sous forme de graphe.

HAL (France) et ArVix ne sont pas dans la même catégorie à l’heure actuelle, ils proposent essentiellement des bases de données de preprint avec des champs BibTeX, de l’exploration de références, et sont limités en termes de profils auteurs et de métadonnées de publication.

 

Ai-je vraiment besoin de zbMATH Open pour mon activité de recherche en mathématiques ?
Si vous êtes doctorant, vous devriez tester et explorer zbMATH Open, au moins pour comprendre comment la plateforme fonctionne et ce qu’elle fournit.

Si vous êtes un jeune mathématicien, il est probable que vous ne ressentiez pas le besoin d’effectuer vos recherches sur une base de données comme zbMATH Open ou MathSciNet et que vous utilisiez Google Scholar pour l’exploration de bibliographies et pour obtenir des références BibTeX. Néanmoins, vous pourriez essayer zbMATH Open par curiosité, vous y trouverez gratuitement une meilleure qualité de données que sur Google Scholar ainsi que des informations complémentaires.

Google met à disposition Google Scholar gratuitement pour encourager les utilisateurs à créer un profil Google et à entrer dans le consumérisme de Google, les utilisateurs payent alors à minima avec leurs (méta)données.

 

Si vous êtes un mathématicien expérimenté, il est probable que vous ayez déjà vos habitudes, et que vous ayez également à évaluer des recherches et des collègues. zbMATH Open peut vous aider à obtenir des notices bibliographiques, des références BibTeX et des profils d’auteur, tout en étant en accès gratuit.

Donc, si vous ne savez pas ce qu’est zbMATH Open ou si vous l’avez testé il y a des années, cela vaut la peine de l’explorer (à nouveau) !

 

Est-il judicieux de demander à mon département / ma bibliothèque / mon université d’arrêter son abonnement MathSciNet ?

 

Cela dépend de la pression budgétaire : si une institution a les ressources pour payer l’abonnement, alors c’est bien qu’elle s’abonne à MathSciNet et qu’elle laisse les utilisateurs l’explorer et le comparer avec zbMATH Open, car ils ont des avantages distincts. Cette concurrence conduira à des services de meilleure qualité. Si le budget est serré, zbMATH Open est une alternative très solide dans tous les cas, surtout lorsqu’elle est comparée à d’autres services automatisés comme Google Scholar, etc.

Le coût de MathSciNet pour un département dépend de plusieurs paramètres (près de 10K€/an) et doit être comparé aux coûts d’abonnement à des revues par exemple.

zbMATH Open est en accès libre et a une couverture unique de la période 1868-1939. MathSciNet a été moins automatisé et contient des recensions de haute qualité pour certaines périodes.

En aidant vos collègues / votre département à passer même temporairement à zbMATH Open, vous pouvez contribuer à inciter l’AMS à remettre en question son modèle.

Certains départements de mathématiques ont déjà décidé d’arrêter leur abonnement à MathSciNet, comme celui de l’Université Grenoble Alpes en France.

 

À propos de ce document

Ce court document a été mis en place par le RNBM, et a bénéficié des retours de plusieurs collègues et collaborateurs dont des personnes de la Cellule Mathdoc.

Nous encourageons activement les institutions à traduire ce document dans leur propre langue.

 

La traduction de ce document a été assurée par des membres du RNBM.

 

Ce travail est sous licence Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Une réflexion au sujet de « zbMATH Open : la première ressource pour les mathématiques »

Les commentaires sont fermés.