Accès ouvert, publications mathématiques : que puis-je faire concrètement pour changer les choses ?

Le présent article est issu d’un travail collectif réalisé lors de l’Action Nationale de Formation 2017 du Réseau National des Bibliothèques de Mathématiques destiné à proposer des pistes d’action réalistes et concrètes en faveur de l’accès ouvert.

Un dépliant reprenant les principaux points développés dans cet article a été conçu comme support de communication et de diffusion (aperçu en images ci-dessous). Une version pdf du document peut-être téléchargée ici.

Mathématiciennes et mathématiciens

Déposer ses articles dans HAL / arXiv

Plus pérenne que les pages personnelles, plus accessible que les réseaux sociaux académiques. Dissem’in trouve vos articles et vous permet de déposer en quelques clics.

Choisir des journaux vertueux pour publier

  • Recommandation du Conseil Scientifique de l’Insmi concernant les frais de publication (APC),
  • informations sur la politique de dépôt des prépublications sur SHERPA/RoMEO,
  • privilégier les sociétés savantes (SMF, EMS, AMS, …) et les petites maisons d’édition au statut « non-profit » (MSP, …),
  • privilégier les journaux en Accès Ouvert (en particulier ceux qui ne font pas payer de frais de publication), cf. DOAJ, QOAM, liste du NWEJM, liste du CIMPA,
  • quelques conseils par Karim Ramdani.

Faire attention aux journaux prédateurs

Voir Gavia Libraria.

Informer (soi et les autres) sur les prix et les pratiques

  • Les abonnements rapportent aux éditeurs en moyenne près de 5000$ par article (information Nature ; un billet bien sourcé),
  • les frais de publication s’échelonnent (au moins) de 0$ à ~5000$ (étude),
  • pour se tenir informé, suivre l’Inist.

Informer sur les droits cédés aux maisons d’édition

  • Ressources en ligne sur les contrats de transfert de droits : un billet assez géneral, une FAQ et une synthèse sur la Loi Numérique, une discussion pertinente sur les licences,
  • participer à créer et modérer une page internet pour afficher, commenter et comparer les contrats de transfert de droits : volontaires écrire au .

Informer sur les pratiques des journaux

  • Vidéo Data Gueule,
  • collecter des informations sur les journaux :  DOAJQOAMliste du NWEJM, liste du CIMPA, liste de déclarations d’indépendance,
  • unifier les informations pour les mathématiques en participant à créer et modérer un wiki des journaux en mathématiques : volontaires écrire au ,
  • participer à créer et maintenir une page sur les prises de position d’acteurs important (SMF, CNRS, INSMI, CoNRS, Couperin, etc.), volontaires écrire au ,
  • être très prudent avec l’option « Open Access » des journaux hybrides.

Se créer un identifiant ORCID et un idHAL

Se renseigner auprès des bibliothécaires.

Trouver les articles et prépublications disponibles librement

Outils : DOAI, OADOI, Unpaywall.

Ne travailler ou soumettre qu’à des journaux vertueux

Signer The Cost of Knowledge, beaucoup de variantes possibles.

Participer à des initiatives nouvelles

Parler du sujet en conférences et séminaires

  • À la fin de ses exposés, prévoir une diapositive qui interpelle sur le sujet et provoque la discussion au café,
  • prévoir une conférence-débat dans les événements qu’on organise (contacter le  pour des conseils et un accompagnement).

Rédacteurs et rédactrices de journaux

Valoriser le travail des relecteurs et relectrices et leurs rapports

Pour un journal en Accès Ouvert, s’assurer qu’on est répertorié

DOAJ, QOAM, liste du NWEJMliste du CIMPA, liste de déclarations d’indépendance en cas d’émancipation.

Se renseigner et agir sur les pratiques de la maison d’édition

  • Notamment concernant le contrat de transfert de droits : s’assurer qu’il est compréhensible, transparent et juste,
  • pour les journaux hybrides, soutenir les auteurs et autrices qui auraient demandé l’Accès Ouvert par erreur,
  • discuter les prix et les politiques tarifaires : chiffre d’affaire et bénéfices du journal / prix estimé du rachat du titre, augmentations des abonnements, montant des frais de publication, etc.,
  • demander une politique la plus ouverte possible et la plus claire possible sur la voie verte (peut aller jusqu’à l’autorisation de mettre la version publiée en archive ouverte).

Questionner le contrat entre le comité et la maison d’édition

  • Est-il équilibré ? À qui appartient le titre ?
  • Négocier le contrat si besoin, proposer des alternatives, éventuellement publiquement,
  • participer à la construction d’une liste des bonnes (et mauvaises) pratiques concernant ces contrats,
  • les bibliothécaires peuvent aider, éventuellement en se renseignant à travers le RNBM,
  • possibilité, si l’éditeur (commercial) ne répond pas aux besoins ou aux questions, de ne pas démissionner mais de faire grève. Les démissions individuelles sont peu efficaces.

Envisager l’émancipation du journal ou un changement de modèle

  • Émancipation : assurer l’indépendance du journal des maisons d’édition commerciales,
  • changement de modèle : économique, Accès Ouvert, etc. :
    • se renseigner et y penser (cf. le blog IMU, travail de Couperin, Dist, une enquête auprès de la communauté),
    • en parler dans son comité,
    • pour se passer des grosses maisons d’édition, discuter avec :
      • les bibliothèques (mathématiques & SCD/SID) et presses universitaires,
      • les maisons d’édition de qualité,
      • les initiatives d’émancipation (MathOA),
    • créer et animer un groupe des membres de comités de rédaction pour discuter plus largement et échanger sur les pratiques.

Bibliothécaires

  • Accompagner les chercheurs et les chercheuses, assistance pour le dépôt du texte intégral dans HAL, donner des pistes pour répondre aux questions juridiques, informer et former à l’accès ouvert. Ne pas hésiter à mobiliser le RNBM,
  • se former pour accompagner les chercheurs et chercheuses dans les points ci-dessus,
  • sensibiliser les chercheurs et chercheuses (organiser des conférences et présentations sur ces sujets).

Responsables (direction de laboratoire, VP d’une université)

  • Intégrer des missions OA (assistance pour le dépôt dans HAL) dans les fiches de poste des bibliothécaires,
  • inciter les chercheurs aux dépôt (éviter les notices sans texte),
  • donner aux bibliothécaires les moyens (temps et autorisation) pour se former,
  • organiser une AG annuelle ou occasionnelle sur le sujet de la publication scientifique,
  • relayer les positions de la communauté auprès de l’Insmi, du CNRS, de l’université, du SCD,
  • créer un indice de vertu dans les publications sur le modèle de l’indice de mobilité académique et de l’indice de parité académique,
  • information dans son laboratoire sur les publications mathématiques françaises et internationales vertueuses,
  • informer les responsables SCD et bibliothèque de la création de revues vertueuses,
  • communiquer à propos de l’appel de Jussieu, notamment en faisant délibérer les conseils de laboratoires et en relayant en direction des (vice-) présidentes et présidents d’université et des SCD,
  • travailler avec les écoles doctorales pour proposer un panorama des publications et des problématiques liées pour les doctorants,
  • mutualiser le conseil juridique spécialisé (discussions avec le CNRS, le ministère, l’UMI ?).

Évaluateurs et évaluatrices

  • Mettre en valeur les comportements et les revues vertueux et discuter en conséquence l’échelle de valeur des journaux (ne pas négliger les papiers sur arXiv ni surestimer le nom des revues comme proxy de qualité),
  • demander un nombre restreint de publications jugées les plus importantes par le candidat ou la candidate,
  • dénoncer le facteur d’impact des journaux (JIF) comme un non-sens et discuter la pertinence (ou non) d’autres indicateurs.