Le peer review à l’ère de l’open science : enjeux et évolutions

Les formes traditionnelles du peer review font régulièrement l’objet de critiques de la part des chercheurs eux-mêmes : le processus est jugé lent, coûteux et opaque. L’abondante littérature sur le sujet souligne également d’autres écueils du peer review  (Souder 2011) : les biais en faveur d’auteurs issus de prestigieuses institutions ; un traitement inéquitable selon le niveau de maîtrise d’anglais des auteurs ; le risque de privilégier les résultats au détriment de la méthode, l’application de procédures inadaptées à l’évaluation de manuscrits à fort caractère interdisciplinaire ; et plus généralement, un tropisme pour ce que L. Souder nomme « scientific conservatism » (Souder 2011:55).

Par ailleurs, alors que le nombre d’articles augmente de manière exponentielle, les revues sont confrontées à la difficulté de trouver des rapporteurs. M. Kovanis et ses co-auteurs (Kovanis et al. 2016) alertent sur les atteintes à la qualité du processus engendrées par la sur-sollicitation d’un nombre restreint de rapporteurs. De plus, la pénurie de rapporteurs est aggravée par le fait que l’évaluation ne porte plus seulement sur des manuscrits mais s’étend désormais également à des jeux de données, du code informatique par exemple. Ainsi que le soulignent B. Lawrence et ses co-auteurs (Lawrence et al. 2011:11), le peer review de données sources nécessite de recourir non seulement aux compétences de spécialistes de la discipline, mais aussi de s’appuyer sur des experts techniques.

Autre paradoxe du peer review : alors que la publication d’articles dans des revues considérées comme prestigieuses reste déterminante dans l’attribution de financements et de promotions, l’activité de reviewing s’avère peu ou mal valorisée.

Selon J.P. Tennant et ses co-auteurs (Tennant et al. 2017), grâce aux possibilités offertes par l’édition numérique, nous assistons à une période d’expérimentation et d’innovation dans le domaine du peer review. Or si des outils répondent aux besoins de traçabilité et d’interopérabilité, il s’agit moins d’une évolution technique que culturelle.

Dans quelle mesure le paradigme de l’open science peut-il apporter des réponses à la crise du peer review ? Par ailleurs, de quoi l’open peer review est-il le nom ?

Quels sont les impacts sur le peer review de la logique de décloisonnement inhérente à l’open science?

De quelle manière les institutions de recherche peuvent-elles jouer un rôle plus actif dans un écosystème de la publication dominé par les éditeurs ? La publicisation des évaluations renforce-t-elle ou fragilise-t-elle les reviewers?

Journées science ouverte 2018

Trois ans après les journées d’octobre 2015 qui ont vu Madame Axelle Lemaire, Secrétaire d’État chargée du Numérique et de l’Innovation, présenter la loi pour une République numérique, ces journées auront cet objectif : étudier l’opportunité de nouvelles voies soutenables pour la publication en Open Access : OA2020, projet DEAL allemand, éditions publiques, soutien à la bibliodiversité, changement du système d’évaluation des chercheurs, etc.

Recommandations du CS du CNRS

Le Conseil scientifique du CNRS a organisé, conjointement avec la Direction de l’information scientifique et technique, une journée « Données de la recherche » au cours de laquelle quatre recommandations ont été votées :

Recommandation concernant la révision de la Directive sur le droit d’auteur

Recommandation concernant les données de recherche

Recommandation sur l’appel de Jussieu et la bibliodiversité

Recommandation sur l’application de la loi pour une République numérique et l’auto-archivage

Les notes prises lors de cette journée sont également accessibles en ligne sur le site web de la DIST :
http://www.cnrs.fr/dist/z-outils/documents/Journees-donnees-CS_Notes_VB_CL.pdf

Des articles sur ce sujet sont disponibles sur le site Libre accès à l’information scientifique et technique de l’Inist-CNRS :
Recommandations du Conseil scientifique du CNRS

Ainsi que sur le sur le site Données de la recherche :
Conseil scientifique du CNRS | Les discussions internationales autour du droit d’auteur
Conseil scientifique du CNRS | Les moyens du partage des données scientifiques

Nouveaux lieux, nouvelles compétences, nouveaux usages. Quels critères de qualité dans de nouveaux espaces de circulation du savoir ?

Le groupe de travail Dialogu’IST propose son cinquième atelier, le mercredi 29 novembre 2017, portant sur « Nouveaux lieux, nouvelles compétences, nouveaux usages. Quels critères de qualité dans de nouveaux espaces de circulation du savoir ? ».

Seront mis en exergue l’évolution des activités des professionnels de l’information, avec des savoir-faire émergents, des métiers innovants – comme le data librarian – des partenariats pertinents en vue de répondre aux objectifs en lien avec l’évaluation de la recherche et ce, dans le cadre de la loi pour une République numérique. Les intervenants issus de la BnF, du CNRS, de l’Inserm, de l’Université proposeront des témoignages et des retours d’expériences sur ce sujet complexe, qui nécessitera d’autres discussions au cours de prochains ateliers Dialogu’IST programmés en 2018 et 2019.

Basé sur la dynamique d’échanges libres et spontanés, l’atelier en visioconférence permet de donner la parole à tous les acteurs concernés, scientifiques et professionnels de l’information.

Open Access Week 2017

This year’s theme is an invitation to answer the question of what concrete benefits can be realized by making scholarly outputs openly available. “Open in order to…” serves as a prompt to move beyond talking about openness in itself and focus on what openness enables—in an individual discipline, at a particular institution, or in a specific context; then to take action to realize these benefits.

Journées RNBM 2017 – Accès ouvert : rêve ou réalité ?

Bibliothécaires et mathématiciens, les journées RNBM 2017 sont prévues pour tous :

  • Deux des journées (17 et 18/10) sont orientées publication et accès ouvert.

Elles sont conçues pour s’adresser largement aux mathématiciennes et mathématiciens, en particulier ceux qui ne connaissent pas bien l’accès ouvert mais qui sont curieux d’en savoir plus, que ce soit comme rédacteur ou rédactrices, comme auteur ou auteure, comme lecteur ou lectrice…

Elles doivent favoriser les échanges entre acteurs de la publication (scientifiques, éditeurs scientifiques, rédacteurs, diffuseurs, bibliothécaires…).

  • Les autres journées (16, 19 et 20/10) font le point sur les technologies et pratiques émergentes en information scientifique et technique, alternant présentations et ateliers pratiques.

Progamme previsionnel ANF 2017

Live – Accès ouvert : rêve ou réalité ?

Durant l’ANF du RNBM qui se déroulera la semaine du 16 au 20 octobre 2017, les journées du mardi et mercredi seront consacrées à l’accès ouvert. Ces deux journées sont conçues pour s’adresser à un large public et doivent favoriser les échanges entre les différents acteurs de la publication (scientifiques, éditeurs scientifiques, rédacteurs, diffuseurs, bibliothécaires…).

​L’ensemble des exposés seront filmés. Suivez ces deux journées en live :

https://www.youtube.com/watch?v=kpgllYmXOcw

Retrouvez toutes les vidéos sur la chaîne Youtube du CIRM :

https://www.youtube.com/playlist?list=PLBNfdZUo7fyqz0EUWm9B2FY4pAk4P3SDs

La Commission européenne aurait décidé de créer sa propre plate-forme de publication en OA

Selon le magazine Science, lors d’une réunion restreinte de l’Open Science Policy Platform (OSPP) qui s’est tenue fin mars à Berlin, le Commissaire européen à la recherche, à la science et à l’innovation, Carlos Moedas, a indiqué que la Commission avait pris la décision de mettre en place sa propre plate-forme de publication en Gold OA qui accueillera les articles issus des recherches qu’elle finance.

Source : EPRIST, Analyse I/IST – n°26 – Avril 2017

Archives mathématiques d’Alexandre Grothendieck : 18 000 documents en libre accès

Les archives du mathématicien Alexandre Grothendieck sont désormais accessibles sur le site de l’Université de Montpellier :

Ce site contient les archives mathématiques d’Alexandre Grothendieck de 1949 à 1991. On y trouvera des manuscrits, des « tapuscrits », parfois des documents imprimés, dans un classement fidèle pour l’essentiel (quand il existait ) au classement de l’auteur.

Pour accéder aux archives : https://grothendieck.umontpellier.fr/archives-grothendieck/

Source : Archives Grothendieck

L’Épijournal de Géométrie Algébrique EPIGA

Né il y a quelques mois, l’Épijournal EPIGA publie des articles originaux dans le domaine de la géométrie algébrique au sens large. Ce journal est hébergé par la plateforme Épisciences maintenue par le Centre pour la Communication Scientifique Directe. La publication dans un épijournal est sans frais à la fois pour les auteurs et pour les lecteurs.  Un article paru dans la Gazette des mathématiciens en octobre 2016 revient sur la naissance de ce journal; il est disponible en cliquant ici.

Page 1 sur 712345Dernière page »